à braver ces nuits noires


Je sais encore les toits de Sommières, illuminés d’ampoules colorées, et sur lesquels mon frère me faisait valser les pieds nus, jusqu’à sentir nos têtes tourner. Nous nous accoudions au parapet surplombant le Vidourle, mangions des pélardons achetés frais au marché juste avant et plongions nos minois d’enfants à peine vieillis dans les bulles de nos premières bières ambrées ; & nous on est là, à braver ces nuits noires ; je n’oublie pas, non, l’orage soudain alors que nous rentrions en portant chacun une anse de ce sac immense, et empli des livres que nous avions emmenés. Les voitures nous prenaient dans leurs phares mais aucune n’aurait songé à nous tirer de la route boueuse où nous nous enlisions sous les pluies de juin. Il avait sorti deux écouteurs, un vieux discman, épaule contre épaule, la chanson de Titou, le morceau inconnu, jamais identifié, oublié des années durant & retrouvé ce soir, au hasard d’une fouille dans de vieux dossiers. C’est la chanson chevillée au corps, l’air d’une fin trop brusque, l’adultat soudain, chanson de douleur & de joie mêlées. Elle pointait si fort en nous cette fougue, ce désir de vie, un élan rare, une sève ; il nous fallait danser, rire et boire, il nous fallait croire naïvement en des lendemains qui chantent — sinon mourir de tristesse ; que le poids de nos futiles chagrins et regrets laissent place à la joie, et que celle-ci demeure  ; j’ai aimé conserver longtemps le mystère des origines de cet air un peu ringard, de ces paroles convenues, de cet accordéon grimaçant qui ne sait répéter que quatre notes en boucle - je n’ai jamais cherché à la trouver belle, elle était la chanson de mes dix-sept ans, de mes yeux cernés, de mon corps meurtri, la chanson du renouveau.


 


Aujourd’hui, si l’un de vous sait, reconnaît, un rythme, une voix, quelques mots ? Vous savez où me trouver. & si vous désirez m’entendre lire ce texte (attention, c’est l’enregistrement-plaisir, la qualité de son n’est pas au rendez-vous !), cliquez juste là :


 

mardi 20 mars 2018 , par Marie

Un petit mot ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.